• DANSE AVEC L’EXTASE

    PIERRE-YVES PAQUE LA DH



    A l’heure où la télévision danse avec les stars, Opinion public rappelle que la danse est un véritable métier, fait de mouvements humains - proche des insectes même ici parfois - et de moins en moins de chorégraphies pures et dures.

    Dans leur nouvelle création Post Anima ( «après l’âme» sold out dès ses premières représentations au Théâtre mardi à Bruxelles), la troupe donne l’impression que rien ne lui est impossible. Que ce soit Etienne Béchard, Johann Clapson, Victor launay, Arthur Louarti ou Sidonie Fossé, ces 5 danseurs ont un langage corporel si fluide qu’on en oubliait qu’ils dansent.

    Entre rires, sensualité et émotions, la compagnie pousse la discipline - avec sa double vision du temps en suspens - à son quasi paroxysme; Malgré un thème sombre et robotique sur l’ambivalence entre l’homme et la machine, le procès qui aurait empiété sur l’âme humaine, ou sur les rapports humains qui se sont perdus à cause de la surabondance de technologie (smartphone, etc...), la compagnie donne l’impression d’être enchaîné à notre vie. Une Dance Machine moderne et troublante (flippante?) pour une claque «densément riche».



    OPINION PUBLIC PRÉSENTE POST ANIMA AU MARNI

    LE SURICATE MAGAZINE



    La compagnie Opinion Public dont vous pouvez relire l’interview ici, nous a fait découvrir durant toute la semaine son nouveau spectacle Post Anima au Théâtre Marni.

    Magnifique spectacle exploitant le thème de l’humanité et du progrès, les danseurs incarnent des humanoïdes emprisonnés au sein d’une même machine. Un combat s’amorce entre le monde numérique grandissant et l’Humanité en quête de sa propre conscience. Progressivement, les danseurs vont donc essayer de se libérer des câbles qui les relient à cette machine pour retrouver enfin leurs sentiments perdus.

    Sur scène, de grands pans de papier forment le décor minimaliste grâce auquel sont permis des jeux de lumières et des projections vidéo. Les danseurs utilisent cet outil comme symbole du monde numérique mais aussi pour donner une autre dimension à la danse qu’ils réalisent simultanément face aux spectateurs.

    Ce mélange danse et vidéo permet de dépasser le rang de simple spectacle de danse. La caméra, utilisée de manière très originale, donne une atmosphère particulière: tantôt plus humoristique, tantôt plus effrayante.

    Ensuite, la beauté des corps et de ses mouvements est à couper le souffle. Les chorégraphies d’Etienne Béchard sont remarquables et l’exécution des danseurs admirable. À les voir, danser semble simple tant leurs gestes sont fluides et gracieux.

    Enfin, la composition musicale est aussi à souligner. En mêlant subtilement des morceaux classiques avec du contemporain, lespectaclerefusedesefigerdansungenre défini.

    Post Anima, c’est une heure de plaisir, de tendresse et d’humour. Une heure de danse contemporaine réfléchie tout en restant accessible. Bref, c’est bon pour le corps et pour l’âme !

    Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de s’y rendre, deux autres représentations auront lieu à Lommel et à Waterloo cet automne. La compagnie rejoue aussi son ancien spectacle Bob Art dès janvier 2015.